Introduction Rechauffement Climatique


Introduction au réchauffement climatique



I. Les faits

Avant de présenter les solutions simples et déjà à notre portée à utiliser pour annuler ou contrôler le réchauffement climatique, il convient de brosser un portrait des faits dont nous avons connaissance pour le moment. Rappelons que si vous souhaitez nous opposer des contre-arguments, nous apporter votre soutien, ou nous demander de plus amples informations, nous vous incitons chaleureusement à prendre contact avec nous sur la page "Discuter avec nous".
Le réchauffement climatique ou dérèglement climatique désigne le phénomène contemporain d'augmentation des températures moyennes océaniques et de l'air.

image

Causes du réchauffement climatique

Le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) créé en 1988 a établi l'existence d'un tel réchauffement climatique. Ci-dessus un schéma réalisé par la NASA représentant l'évolution de l'augmentation des températures de 1880 aux prédictions pour 2020.
Si l'existence d'un réchauffement climatique de la planète n'est que très rarement mis en cause et fait consensus dans la communauté scientifique, la responsabilité de l'humanité fait débat.
D'aucuns établissent que l'ère industrielle a entraîné le rejet massif de dioxyde de carbone dans l'atmosphère est la cause du réchauffement du climat terrestre de par le processus d'effet de serre, ce qui expliquerait la corrélation entre augmentation de la part de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, qui est un gaz à effet de serre, et le réchauffement des températures. Cette version bénéficie d'un large consensus dans la communauté scientifique et est celle la plus relayée. D'autres disent que loin d'une raison anthropique, l'activité solaire aurait été responsable de ce réchauffement, le soleil ayant connu une période d'activité intense depuis 1950. De plus, ceux doutant d'une cause anthropologique du réchauffement mettent en avant le fait que la hausse des températures, du niveau des océans et le recul des glaciers seraient liés à la lente récupération de la Terre depuis 1715, fin du dernier « petit âge glaciaire ».

Conséquences du réchauffement climatique

Quelle qu'en soit la cause, bien que l'homme ait extrêmement probablement joué un rôle, le dérèglement climatique est là, et il nous font l'affronter. En utilisant des modélisations mathématiques du climat terrestre, le GIEC table sur une augmentation d'ici 2100 de 1.1°C pour les prédictions les plus optimistes à 6.4°C pour les plus pessimistes.
Rappelons que ces deux extrêmes sont, comme leur nom l'indique, des extrêmes et ont très peu de chance de se produire. La moyenne des prédictions se situant entre 3.17 et 4°C.

Les conséquences énoncées sont nombreuses et inquiétantes au premier abord. Tout d'abord une hausse du niveau de la mer. En 2007 le GIEC estimait que la mer pourrait s'élever de 1.8 à 2.2 centimètres d'ici 2100. Puis de 0.05 à 1 mètre d'ici 2100 en 2012 (28 novembre 2012, 18ème conférence de l'ONU sur le climat à Doha). Puis en 2013 le GIEC estimait de 30 centimètres à 90 centimètres la montée des eaux en 2100. Ceci dit, il est difficile de prédire l'ampleur de l'élévation, qui pourrait atteindre plus de 65 centimètres d'ici 2100 selon la plupart des estimations voire un mètre (le dernier rapport du GIEC en mai 2019 statue autour d'une augmentation de 111 centimètres, voire deux mètres dans le cas le plus pessimiste de tous). Le dérèglement climatique aurait également un impact sur la biodiversité, pouvant mener à l'extinction de quelques, voire d'un grand nombre d'espèces. L'agriculture, pourrait également être impacté (à la fois négativement et positivement). Si dans les zones tropicales les rendements pourraient baisser, des régions comme le Canada ou la Sibérie profiteront de ce réchauffement climatique et pourront cultiver un grand nombre de nouvelles terres. A court terme, le CO2 pourrait augmenter les rendements moyens végétaux.
La fonte du Pergélisol pourrait avoir des effets pervers : libération de virus anciens et dont notre système immunitaire ne pourrait se défendre efficacement si pris de surprise, relâchement dans l'atmosphère de grande quantité de méthane réchauffant encore plus la planète.
La fonte du pergélisol qui a déjà débuté ! Le pergélisol, comme son nom l'indique, désigne des terres gelées en permanence, où il fait toute l'année moins de 0°C. Or de par le réchauffement de la Terre, ces terres se réchauffent et fondent (au dessus de 0°C l'eau devient liquide). En fondant, elles rejettent comme nous l'avions dit en introduction des grandes quantités de méthane et de dioxyde de carbone. Un cercle vicieux. De plus, en fondant le pergélisol relâche des microbes et virus qui y étaient conservés, gelés, depuis parfois des siècles. Un scénario de film catastrophe à la sauce "The Thing", donc. Au-delà d’une certaine hausse des températures, le permafrost continuera à fondre et à relâcher des gaz à effet de serre dans l’atmosphère, peu importe la baisse des émissions.

Voici un schéma réalisé par l'AFP, l'Agence France Presse selon les données du Woods Hole Research Center pour mieux comprendre cette problématique :

permafrost-2.png

Cependant, il convient de rappeler que même en prenant le scénario le plus pessimiste de tous, le pergélisol ne contribuera pas à plus de 12% de l'élévation de la température en 2100 comme l'explique un document de la Royal Society

Enfin, des catastrophes naturelles pourraient se faire plus fréquentes, et de par cela et la montée des eaux précédemment évoquée, de nombreux individus se verraient contraints de quitter leur habitation et d'émigrer vers des terres plus accueillantes.
Selon un rapport de la Banque Mondiale, 143 millions de personnes pourrait être contraintes de se déplacer. Or, comme nous l'avions évoqué ici, il est faux de croire que ces immigrations se feront vers des pays riches. En l’occurrence, ces déplacements se feront sur de courtes distances, vers l'intérieur des terres.

Après avoir défini le réchauffement climatique, établi ses causes, et évoqué ses conséquences, il convient d'évoquer les solutions à notre portée et déjà existantes permettant d'endiguer ou du moins de contrôler le réchauffement climatique.

Quand bien même les conséquences peuvent être graves, il convient de rappeler que contrairement à ce qu'affirment les discours apocalyptiques de certains effondristes, l'être humain n'est pas menacé d'extinction. Nous l'expliquons sur cette page.

II. Solutions

Contre le réchauffement climatique, la plupart des solutions évoquées par les divers courants et militants politiques écologistes tournent autour de la modification de nos modes de vie : il faut rationner la consommation d'eau, de nourriture, il faut interdire l'avion, il faut interdire le tourisme, il faut interdire la voiture, ou encore le très populaire actuellement : "IL FAUT DE LA DÉCROISSANCE !".
Toutes ces solutions visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre afin de stabiliser la température de la planète.
Nous trouvons ces solutions incomplètes pour certaines et fantaisistes pour d'autres.

Tout d'abord, nous ne pouvons pas arrêter toute émission de gaz à effet de serre du jour au lendemain. Cela signifierait une pénurie mondiale d'énergie, du chômage, une baisse du niveau de vie, des famines (car l'agriculture rejette de gaz à effet de serre, rien que les vaches de par leurs flatulences rejettent du méthane). Les propositions du GIEC ne pourront jamais être appliquées car bien trop radicales : interdire les logements individuels, que du collectif. Limiter l'espace de vie à 30 m2 par habitant, interdire les vols d'avion, mettre en place un rationnement très important de l'électricité, obliger les consommateurs à diviser par trois leur consommation d'Internet, limiter à un kilogramme de vêtements par habitant, interdire la vente de voitures neuves, etc.

Le dernier rapports du GIEC nous dit que pour rester à +1,5 °C, il faut fortement, de -45 % par rapport à leur niveau de 2010, faire décliner les émissions de CO2 bien avant 2030 pour ensuite arriver vers 2050 à une « neutralité carbone ». En d'autres mots, cesser d'émettre vers l'atmosphère plus de CO2 que l'on ne peut en retirer.

Tout le monde ne parle que des consommateurs. Mais le vrai secteur sur celui il faut agir c'est celui de la production. Parce qu'il est possible de conserver nos modes de vie tout en atteignant la neutralité carbone ! Et c'est même assez simple, si on a un minimum de vision ! Les propositions du GIEC nous disent "l'avion pollue, cessons de prendre l'avion !". Une réponse plus constructive ne serait-elle pas de rendre l'avion moins polluant ? Ce qui est tout à fait possible. Et le même constat est valable pour toutes leurs propositions.

Il est évident que les propositions du GIEC et de ces écologistes radicaux ne seront jamais appliquées. Les populations n'accepteraient jamais de diminuer autant leur confort, et d'abandonner de nombreuses libertés individuelles.
Et elles auraient raison, sachant que des solutions bien plus simples et n'impliquant aucunement un changement de nos modes de vie existent !

Comment faire ? Nous allons vous le dire !

Pour consulter notre page à ce sujet : CLIQUEZ ICI !




Pour débattre avec nous et nous rejoindre, cliquez ici !

Merci !

simple%20clav%20-%20Copie.png




Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License